Lardux Films
 /  /  /  /  / Multimédia  / Films de Commande  /  /  /  /  /  /

Chasse à l’Homme-Moustache à Girl-land !

2015 , Court Métrage , animation

16 minutes, Version Originale Sans dialogues, DCP

un film de Zsuzsanna KREIF , Borbala ZETENYI

une coproduction franco-hongroise avec MOME Anim (Budapest) et PICTANOVO, avec le soutien du CNC, de la Région Rhone-Alpes, de la Procirep et Angoa.

Vous pouvez voir le film en VOD pour 1$ sur vimeo

LE FILM

LIMBO LIMBO TRAVEL est une folie graphique et une histoire grinçante et drolatique... un court métrage d’animation réalisé par Zsuzsanna Kreif et Borbala Zetenyi, une coproduction franco-hongroise avec le MOME, une école d’animation de très haut niveau. Le film à été animé à Lille au Studio Train Train et chez Folimage à Valence - je raconte un peu l’histoire içi. Zsuzsanna et Borbala ont donné une interview durant le Festival de Clermont 2015 ou le film était sélectionné.

Une histoire de chasse à l’homme sauvage – des hommes moustaches vivant sur une ile lointaine - par des femmes folles de désir…

J’ai découvert ce film aux sessions de présentation de projets de ANIFEST (tchequie). C’est la longue histoire d’un travail soutenu a tous les stades de la réalisation, malgré la distance, malgré la langue, Zsuzanna et Borbala ont fait un film totalement déjanté et adulte, d’un graphisme grinçant et de belles idées de cinéma... animé par Laurene Braibant, Barbara Maleville, Elsa Duhamel, Jean Philippe Nicolle, Claire Trollé, Samuel Guénolé, Gabriel Jacquet et Aline Faucoulanche

Le film a été sélectionné en compétition nationale au Festival de Court métrage de Clermont Ferrand 2015, Annecy 2015 !!! et à été diffusé sur France 2 en Février 2015

JPEG

.

.
Synopsis
Dans un pays ou les hommes semblent plus intéressés à leurs gadgets électroniques qu’à leurs semblables, un groupe de femmes solitaires prend le Limbo Limbo Bus. En route pour un pays exotique lointain dans l’espoir d’y trouver le bonheur tant espéré.
Elles débarquent sur une île habitée d’une tribu d’hommes moustaches, de paisibles hommes sauvages. Cette rencontre éveille les instincts primitifs des femmes qui, sans se soucier des règles du comportement civilisé, se lancent à leur chasse et, poussées par l’esprit de compétition, sont prêtes à affronter les forces de la nature afin de s’accaparer leurs proies : le mâle.

Résumé
Au début de notre histoire, nous sommes dans une grande ville nordique. C’est l’hiver, tout est couvert d’une épaisse couche de neige. Il s’agit d‘un pays où les hommes ne s’intéressent plus aux femmes, ils ne se passionnent que pour les nouveautés technologiques qui leur permettent de se construire un univers virtuel. Les femmes en souffrent, bien sûr, et essayent désespérément d’attirer l’attention des hommes, sans pour autant avoir le moindre succès.
Le problème est bel et bien présent, et un bureau de voyage semble l’avoir compris : les affiches proposent des voyages organisés réservés aux femmes qui sont invitées à redécouvrir leur féminité dans certains coins cachés du monde. Cette fois-ci, la destination est l’île Moustache, une petite île habitée par des hommes de petite taille ornés de moustaches bien longues.
Les membres de ce peuple masculin quasi primitif vivent paisiblement, en parfaite harmonie avec la nature environnante, leur civilisation n’est point sophistiquée. Le paysage de l’île est composé des accessoires nécessaires pour l’entretien de leurs moustaches : des arbres et des buissons en forme de brosses à raser, etc.
Et les petits hommes se plaisent à lisser leurs parures faciales, assis au bord des saints flots de la rivière Wax. Quant à la faune de l’île, on y rencontre beaucoup d’oiseaux à bec de ciseaux qui volent de moustache en moustache pour les tailler une par une, car ce n’est que la forme des poils garnissant les lèvres supérieures des hommes qui fait la différence entre les individus de cette communauté. L’arrivée du groupe de touristes composé de caractères féminins très opposés, tels une mère célibataire avec son bébé, une vieille ivrogne perverse, une obèse romantique et pleurnicharde, une femme agressive et combative, des jumelles adolescentes, une intelligente toute en raison, sème tout de suite la discorde dans ce milieu calme et pacifique. Ces femmes veulent à tout prix posséder ces êtres irrésistibles, ce qui débouche sur une chasse folle et excitée. Elles se libèrent rapidement de toutes les bienséances et se comportent pratiquement comme des animaux. Chacune d’entre elles lutte dans le style qui est propre à son caractère. Mais ce ne sont pas les rivales qui représentent le plus grand danger, ce sont plutôt les forces naturelles inconnues de cette île étrange. Parmi les autochtones, il n’y a qu’une seule femme, la mère de tous les petits Moustachus qui domine ses fils comme la reine d’une fourmilière. La poursuite prend fin avec l’apparition de cette Déesse Mère qui, prise de fureur en voyant ses fils en danger, forme de ses longs cheveux une tornade afin de se débarrasser de cette meute de femmes … Il restera cependant quelques traces de leur passage sur l’ile des hommes moustaches.

Note d’intention

Génèse
L’idée du film nous est venue il y a quelques années, après avoir lu une annonce dans le journal. C’était la publicité d’un bureau de voyage qui proposait des séjours à Cuba à des femmes solitaires songeant à rencontrer l’homme de leur vie. L’article a tout de suite commencé à nous intéresser, nous avons donc décidé de rentrer dans le sujet et découvert par la suite des témoignages où quelques femmes ont partagé leur bonheur d’avoir trouvé un compagnon grâce à ce voyage. Dans les sociétés occidentales, trouver un partenaire devient de plus en plus difficile.
Le secteur des services semble avoir reconnu ce problème, et tend à offrir un cadre organisé pour y remédier – et en tirer quelque profit, d’ailleurs. C’est la prise de conscience de cette situation quasi absurde qui nous a portées à vouloir faire un film qui présenterait la quête du bonheur comme un simple tour des magasins , ou une partie de chasse, dont tous les accommodements seraient arrangés par l’intermédiaire d’une agence de voyage spécialisée, Limbo-limbo Travel.

Aspect narratif
Le film emprunte des éléments à plusieurs genres cinématographiques sous forme parodiée : des séquences typiques du film d’horreur, du documentaire sur la nature, du film d’action, etc. Les huit femmes aspirant à l’amour représentent des caractères très différents les uns des autres, tous construits de stéréotypes reçus bien forts. Ce choix est nécessaire afin de pouvoir mieux saisir leur personnalité, car les limites temporelles d’un court-métrage ne nous permettent pas de nuancer les traits particuliers de chacune des membres du groupe, nous essayons toutefois de rendre clair et accentuer leurs rôles respectifs dans la dynamique de groupe à l’aide de ces signes extérieurs et comportements facilement définissables et identifiables.
De la même manière, la communauté des habitants de l’île est présentée sous un aspect simplificateur, faisant contrepoint à celle des femmes. Les autochtones vivent paisiblement sur cette île isolée, sous la domination d’une Déesse Mère, et ont pour unique souci de soigner leurs moustaches. Or, les nouvelles venues, ces femmes désespérées et frustrées n’ont plus le don d’apprécier ce tableau idyllique, il est donc impossible de rétablir l’harmonie entre ces deux cultures éloignées l’une de l’autre, et l’avidité des femmes débouche sur une série d’événements tragiques.

Aspect graphique
L’univers visuel du film se propose d’illustrer et d’interpréter l’histoire. Au début, dans la séquence présentant la vie d’une grande ville nordique en hiver, nous utilisons des couleurs et contours plus discrets qui s’opposent au foisonnement des formes et à la vivacité multicolore de l’île. Parallèlement à la progression des péripéties et à l’intensification de la chasse, les couleurs deviennent de plus en plus contrastées et menaçantes.
Aspect sonore
Faute de narration, les sentiments et les passions extrêmes s’expriment uniquement par quelques bruits. La trame musicale suit également les choix génériques adoptés dans le déroulement de l’action, c’est-à-dire que le décor sonore se sert d’effets empruntés aux films d’action et d’horreur, etc.

Aspect technique
Le film sera entièrement réalisé en animation 2D créée par ordinateur avec les logiciels Flash et TV Paint.

Zsuzsanna Kreif et Borbala Zetenyi

C’est elles !